Elle avait de grands yeux verts, très beaux, avec des paillettes d'or sur le pourtour de leur iris. Je me souviens d'avoir pensé que les yeux n'ont pas d'âge, et que l'on meurt avec ses yeux d'enfant, toujours, ses yeux qui un jour se sont ouverts sur le monde et ne l'ont plus lâché.


elle-avait-de-grands-yeux-verts-beaux-paillettes-d'or-pourtour-de-iris-je-me-souviens-d'-pensé-yeux-n'ont-d'âge-l'on-meurt-yeux
philippe claudelavaitdegrandsyeuxvertsbeauxpaillettesd'orpourtourirismesouviensd'avoirpensén'ontd'âgel'onmeurtd'enfanttoujoursunjourseouvertsmondenel'ontpluslâchéelle avaitavait dede grandsgrands yeuxyeux vertstrès beauxdes paillettespaillettes d'orle pourtourpourtour dede leurleur irisje meme souvienssouviens d'avoird'avoir pensépensé queles yeuxyeux n'ontn'ont paspas d'âgeque l'onl'on meurtmeurt avecses yeuxyeux d'enfantses yeuxyeux quiqui unun jourjour sese sontsont ouvertsouverts surle mondemonde etet nene l'ontl'ont plusplus lâchéelle avait deavait de grandsde grands yeuxgrands yeux vertsavec des paillettesdes paillettes d'orpaillettes d'or surd'or sur lesur le pourtourle pourtour depourtour de leurde leur irisje me souviensme souviens d'avoirsouviens d'avoir penséd'avoir pensé quepensé que lesque les yeuxles yeux n'ontyeux n'ont pasn'ont pas d'âgeet que l'onque l'on meurtl'on meurt avecmeurt avec sesavec ses yeuxses yeux d'enfantses yeux quiyeux qui unqui un jourun jour sejour se sontse sont ouvertssont ouverts surouverts sur lesur le mondele monde etmonde et neet ne l'ontne l'ont plusl'ont plus lâché

Je me souviens d'avoir pensé que les yeux n'ont pas d'âge, et que l'on meurt avec ses yeux d'enfant, toujours, ses yeux qui un jour se sont ouverts sur le monde et ne l'ont plus lâché.Elle est à la fois Aphrodite et Ganymède, Astarté et Hylas. —Astarté !. .. Et les yeux, comment sont les yeux ?—Les yeux très beaux, des yeux qui ont longtemps regardé la mer.Les yeux sont les messagers de l'âme. Nous gardons nos yeux ouverts, nous voyons les yeux dans les yeux avec certains, mais fermons les yeux aux autres.Des yeux qui ont longtemps regardé la mer !. .. oh ! les yeux clairs et lointains des matelots, les yeux d'eau salée des Bretons, les yeux d'eau douce des mariniers, les yeux d'eau de source des Celtes, les yeux de rêve et de transparence infinie des riverains des fleuves et des lacs, les yeux qu'on retrouve parfois dans les montagnes, dans le Tyrol et dans les Pyrénées ; des yeux où il y a des ciels, de grandes étendues, des aubes et des crépuscules longuement contemplés sur des immensités d'eaux, de roches ou de plaines ; des yeux où sont entrés et où sont restés tant et tant d'horizons ! Comment n'ai-je pas songé plus tôt à tous ces yeux déjà rencontrés ? Je m'explique maintenant mes lentes promenades attardées le long des quais et dans les ports.Elle était si délicatement blanche, d'un blanc de glaïeul blanc, avec ses bras fuselés, son presque pas de hanches, son ventre plat et ses petits seins toujours émus ; l'anatomie d'un gosse, mais démentie par le plus fin visage, l'ovale le plus pur, un ovale angélique de pairesse, où tremblaient, comme deux fleurs lumineuses, deux larges yeux candides, inquiets, effarouchés, des yeux de nymphe surprise, des yeux de biche aux abois, des yeux d'effroi et de pudeur. .. , et la cernure adorable de ses yeux, le bleu pastellisé de leurs paupières 42 soyeuses, comme ils étaient bien les yeux de ce corps frêle et toujours las ! En vérité, ce sont les seuls que j'aie aimés, je crois.L'amour commence par un regard, le regard s'arrête sur l'autre, le regard choisit l'autre, le reconnaît puis les regards s'unissent, se caressent, on aime avec les yeux, l'amour est contemplation, extase, on n'a pas besoin de se parler on se regarde, on se touche des yeux, on se caresse, on se lèche, on gémit des yeux, on pleure, on s'unit, on crie avec les yeux. On peut aimer derrière des barreaux, rien qu'avec les yeux.