Ce qu'il y a de bien dans l'amour, c'est qu'en s'occupant de l'autre on s'occupe encore de soi.


ce-qu'-y-a-de-bien-l'amour-c'-qu'-s'occupant-de-l'-on-s'occupe-de-soi
michel cordayqu'ildebienl'amourc'estqu'ens'occupantl'autreons'occupesoice qu'ilqu'il yde bienbien dansdans l'amourc'est qu'enqu'en s'occupants'occupant dede l'autrel'autre onon s'occupes'occupe encoreencore dede soice qu'il yy a dea de biende bien dansbien dans l'amourc'est qu'en s'occupantqu'en s'occupant des'occupant de l'autrede l'autre onl'autre on s'occupeon s'occupe encores'occupe encore deencore de soiqu'il y a dey a de biena de bien dansde bien dans l'amourc'est qu'en s'occupant dequ'en s'occupant de l'autres'occupant de l'autre onde l'autre on s'occupel'autre on s'occupe encoreon s'occupe encore des'occupe encore de soice qu'il y a dequ'il y a de bieny a de bien dansa de bien dans l'amourc'est qu'en s'occupant de l'autrequ'en s'occupant de l'autre ons'occupant de l'autre on s'occupede l'autre on s'occupe encorel'autre on s'occupe encore deon s'occupe encore de soi

Ce qu'il y a d'admirable dans l'amour, c'est qu'en s'occupant de l'autre, on s'occupe encore de soi.A rechercher l'amour des autres, on s'éloigne de soi-même. On devient un personnage, en fonction de ce que l'on imagine être l'attente de l'autre. Puis encore un autre, et toujours un autre, dans un mouvement sans fin.L'être est toujours dans cette distance, quelque part entre un soi insondable et l'autre en soi. Dans la sensation du temps. Dans l'amour, qui est l'impossibilité de la fusion entre soi et l'autre.Dans l'amour, quand il se présente, ce n'est que l'obligation de travailler à eux-mêmes que les êtres jeunes devraient voir. Se perdre dans un autre, se donner à un autre, toutes les façons de s'unir ne sont pas encore pour eux. Il leur faut d'abord thésauriser longtemps, accumuler beaucoup. Le don de soi-même est un achèvement : l'homme en est peut-être encore incapable.L'amour, c'est l'occasion unique de mûrir, de prendre forme, de devenir soi-même un monde pour l'être aimé. C'est une haute exigence, une ambition sans limite, qui fait de celui qui aime un élu qu'appelle le large. Dans l'amour, quand il se présente, ce n'est que l'obligation de travailler à eux-mêmes que les êtres jeunes devraient voir. Se perdre dans un autre, se donner à un autre, toutes les façons de s'unir ne sont pas encore pour eux. Il leur faut d'abord thésauriser longtemps, accumuler beaucoup. Le don de soi-même est un achèvement : l'homme en est peut-être encore incapable.Il n’y a rien d’autre à apprendre que soi dans la vie. Il n’y a rien d’autre à connaître. On n’apprend pas tout seul, bien sûr. Il faut passer par quelqu’un pour atteindre au plus secret de soi. Par un amour, par une parole ou un visage.