Ce n'est pas sans raison qu'on applique aux esprits des expressions tirées des propriétés des corps, et qu'on dit un esprit léger, un esprit superficiel, un esprit profond. L'esprit léger ne voit dans les objets que des points et des lignes ; l'esprit superficiel en voit la surface ; l'esprit profond en embrasse les trois dimensions et en pénètre la solidité.


ce-n'-raison-qu'on-applique-aux-esprits-expressions-tirées-propris-corps-qu'on-dit-un-esprit-léger-un-esprit-superficiel-un-esprit-profond
louis de bonaldn'estraisonqu'onappliqueauxespritsexpressionstiréespropriétéscorpsditunespritlégersuperficielprofondl'espritlégernevoitobjetspointslignesl'espritsuperficielsurfaceprofondembrassetroisdimensionspénètresoliditéce n'estn'est passans raisonraison qu'onqu'on appliqueapplique auxaux espritsesprits desdes expressionsexpressions tiréestirées desdes propriétéspropriétés desdes corpset qu'onqu'on ditdit unun espritesprit légerun espritesprit superficielun espritesprit profondl'esprit légerléger nene voitvoit dansles objetsobjets quedes pointspoints etdes ligneslignesl'espritl'esprit superficielsuperficiel enen voitvoit lala surfacesurfacel'espritl'esprit profondprofond enen embrasseembrasse lesles troistrois dimensionsdimensions eten pénètrepénètre lala soliditéce n'est pasn'est pas sanspas sans raisonsans raison qu'onraison qu'on appliquequ'on applique auxapplique aux espritsaux esprits desesprits des expressionsdes expressions tiréesexpressions tirées destirées des propriétésdes propriétés despropriétés des corpset qu'on ditqu'on dit undit un espritun esprit légerun esprit superficielun esprit profondl'esprit léger neléger ne voitne voit dansvoit dans lesdans les objetsles objets queobjets que desque des pointsdes points etpoints et deset des lignesdes lignesl'esprit superficiell'esprit superficiel ensuperficiel en voiten voit lavoit la surfacela surfacel'esprit profondl'esprit profond enprofond en embrasseen embrasse lesembrasse les troisles trois dimensionstrois dimensions etdimensions et enet en pénètreen pénètre lapénètre la solidité

On a toujours admis que la poésie participait du divin parce qu’elle élève et tend l’esprit en soumettant l’apparence des choses aux désirs de l’esprit, tandis que la raison contraint et soumet l’esprit à la nature des choses.Il y a deux sortes d'esprits : l'une, de pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes, et c'est là l'esprit de justesse ; l'autre, de comprendre un grand nombre de principes sans les confondre, et c'est là l'esprit de géométrie. L'un est force et droiture d'esprit, l'autre est amplitude d'esprit.Un esprit fin et un esprit de finesse sont très différents. Le premier plaît toujours, il est délié, il pense des choses délicates, et voit les plus imperceptibles : un esprit de finesse ne va jamais droit ; il cherche des biais et des détours pour faire réussir ses desseins. Cette conduite est bientôt découverte ; elle se fait toujours craindre, et ne mène presque jamais aux grandes choses.Il y a donc deux sortes d’esprits, l’un de pénétrer vivement et profondément les conséquences des principes, et c’est là l’esprit de justesse : l’autre de comprendre un grand nombre de principes sans les confondre, et c’est là l’esprit de Géométrie. L’un est force et droiture d’esprit, l’autre est étendue d’esprit. Or l’un peut être sans l’autre, l’esprit pouvant être fort et étroit, et pouvant être aussi étendu et faible.La beauté de l'esprit donne de l'admiration, celle de l'âme procure l'estime, et celle du corps inspire l'amour. L'esprit, il est vrai, peut causer des passions, mais le corps recueille le profit des passions que l'esprit a inspirées.La rareté des choses engendre l'admiration ; l'admiration, conçue par les yeux, pénètre de là dans l'esprit ; l'esprit la témoigne par des signes extérieurs.