Ce n'est pas de ses seules mains qu'on est paresseux, toujours. Il y a des années où l'on se soucie d'amour autant que de travail, et qu'il vous pousse, pour ainsi dire, un poil dans le coeur.


ce-n'-de-seules-mains-qu'on-paresseux-toujours-il-y-a-années-où-l'on-se-soucie-d'amour-autant-de-travail-qu'-pousse-ainsi-dire-un-poil
paul-jean touletn'estdeseulesmainsqu'onparesseuxtoujoursannéesl'onsesoucied'amourautanttravailqu'ilpousseainsidireunpoilcoeurce n'estn'est paspas dede sesses seulesseules mainsmains qu'onqu'on estest paresseuxdes annéesannées oùoù l'onl'on sese souciesoucie d'amourd'amour autantautant queque dede travailet qu'ilqu'il vousvous poussepour ainsiainsi direun poilpoil dansle coeurce n'est pasn'est pas depas de sesde ses seulesses seules mainsseules mains qu'onmains qu'on estqu'on est paresseuxa des annéesdes années oùannées où l'onoù l'on sel'on se souciese soucie d'amoursoucie d'amour autantd'amour autant queautant que deque de travailet qu'il vousqu'il vous poussepour ainsi direun poil danspoil dans ledans le coeur

Est-ce donc une monnaie que votre amour, pour qu’il puisse passer ainsi de mains en mains jusqu’à la mort ? Non, ce n’est pas même une monnaie ; car la plus mince pièce d’or vaut mieux que vous, et dans quelques mains qu’elle passe elle garde son effigie.Il est cool d'avoir un succès critique, car il est toujours agréable pour vos pairs pour dire: Les mains ont été données au paresseux pour rester dans ses poches.Comment le capital trouve sa substance et son essence dans le travail vivant, de telle manière qu'il provient exclusivement de lui, ne peut se passer de lui, ne vit que pour autant qu'il puise à chaque instant sa vie dans celle du travailleur, vie qui devient ainsi la sienne, c'est ce qu'exprime à travers toute l'œuvre de Marx le thème du vampire. Le capital est du travail mort qui, semblable au vampire, ne s'anime qu'en suçant le travail vivant et sa vie est d'autant plus allègre qu'il en pompe davantage .Vous avez choisi l'amour, vous êtes là pour vous haïr. .. Vous êtes là pour vous venger, vous ne saurez jamais de quelle offense. Et pas la peine de se frapper le coeur, c'est la loi depuis toujours, depuis qu'il y a des hommes et des femmes et que l'amour les colle un matin deux à deux, comme des mouches.Le véritable amour est comme un boomerang, il revient toujours vers vous et ne se soucie pas des autres.