C’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n’est plus le même. C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais. oui, c’est ça, un toujours dans le jamais.


c-être-ça-vie-beaucoup-de-désespoir-quelques-moments-de-beauté-où-temps-n-plus-c-notes-de-musique-faisaient-un-genre-de-parenthè
muriel barberyc’estpeutêtreaviebeaucoupdedésespoirquelquesmomentsbeautétempsn’estplusnotesmusiquefaisaientungenreparenthèsestempssuspensionailleurstoujoursjamaisouic’estala vieviebeaucoupbeaucoup dede désespoirdésespoir maisaussi quelquesquelques momentsmoments dede beautébeauté oùle tempstemps n’estn’est plusplus lele mêmec’est commeles notesnotes dede musiquemusique faisaientfaisaient unun genregenre dede parenthèsesparenthèses dansle tempsde suspensionun ailleursailleurs iciici mêmeun toujourstoujours dansle jamaisc’est çaun toujourstoujours dansle jamaisça la viela viebeaucoup debeaucoup de désespoirde désespoir maisdésespoir mais aussimais aussi quelquesaussi quelques momentsquelques moments demoments de beautéde beauté oùbeauté où leoù le tempsle temps n’esttemps n’est plusn’est plus leplus le mêmec’est comme sisi les notesles notes denotes de musiquede musique faisaientmusique faisaient unfaisaient un genreun genre degenre de parenthèsesde parenthèses dansparenthèses dans ledans le tempsun ailleurs iciailleurs ici mêmeun toujours danstoujours dans ledans le jamaisun toujours danstoujours dans ledans le jamais

Je me dis que finalement, c'est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n'est plus le même. Comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici-même, un toujours dans le jamais. Oui, c'est ça, un toujours dans le jamais.C'est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n'est plus le même. C'est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais.Le cœur et l’estomac en marmelade, je me dis que finalement, c’est peut-être ça la vie : beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté, où le temps n’est plus le même. C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèse dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais. Je traquerai désormais les toujours dans le jamais. La beauté dans ce monde.Quant à certains moments tout ça tombe, la solitude est alors entière, et en même temps c’est la fraternité qui est là. C’est très étrange parce qu’il demeure aussi la séparation. Il y a l’autre dans un état où je sais que je ne pourrai jamais le rejoindre parce qu’il est abîmé – dans tous les sens du terme – dans un songe, dans une pensée, dans un amour ou dans une détresse qui n’est qu’à lui, qui n’est connaissable que de lui, et qui n’est peut-être même pas exprimable, et en même temps c’est là où j’éprouve ce qui de lui et de moi appartient à un socle commun, appartient à la même humanité.Agis de façon telle que tu traites l'humanité, aussi bien dans ta personne que dans tout autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen.La beauté est un mystère qui danse et chante dans le temps et au-delà du temps. Depuis toujours et à jamais. Elle est incompréhensible.... Elle est dans l'oeil qui regarde, dans l'oreille qui écoute autant que dans l'objet admiré... Elle est liée à l'amour. Elle est promesse de bonheur. A la façon de la joie, elle est une nostalgie d'ailleurs.