A l’envoûtement de l’écriture succède un désenvoûtement, le vide. Quand je n’écris plus je me meurs.


a-lenvoûtement-de-lécriture-succède-un-désenvoûtement-vide-quand-nécris-plus-me-meurs
hervé guibertl’envotementdel’écrituresuccèdeundésenvotementviden’écrisplusmemeursl’envoûtement dede l’écriturel’écriture succèdesuccède unun désenvoûtementle videje n’écrisn’écris plusplus jeje meme meursa l’envoûtement del’envoûtement de l’écriturede l’écriture succèdel’écriture succède unsuccède un désenvoûtementquand je n’écrisje n’écris plusn’écris plus jeplus je meje me meursa l’envoûtement de l’écriturel’envoûtement de l’écriture succèdede l’écriture succède unl’écriture succède un désenvoûtementquand je n’écris plusje n’écris plus jen’écris plus je meplus je me meursa l’envoûtement de l’écriture succèdel’envoûtement de l’écriture succède unde l’écriture succède un désenvoûtementquand je n’écris plus jeje n’écris plus je men’écris plus je me meurs

L'amour ouvre le chemin de l'écriture, l'écriture succède à l'amour, s'y mêle ou le défait. -Nina Bouraoui
l'amour-ouvre-chemin-de-l'écriture-l'écriture-succède-à-l'amour-s'y-mê-dé