À force de croire aux choses, on s’en fait une vérité plus vraie que nature !.


À-force-de-croire-aux-choses-on-s-une-vérité-plus-vraie-nature
naguib mahfouzforcedecroireauxchosesons’enunevéritéplusvraienatureÀ forceforce dede croirecroire auxaux choseson s’ens’en faitfait uneune véritévérité plusplus vraievraie queque naturenatureÀ force deforce de croirede croire auxcroire aux choseson s’en faits’en fait unefait une véritéune vérité plusvérité plus vraieplus vraie quevraie que natureque natureÀ force de croireforce de croire auxde croire aux choseson s’en fait unes’en fait une véritéfait une vérité plusune vérité plus vraievérité plus vraie queplus vraie que naturevraie que natureÀ force de croire auxforce de croire aux choseson s’en fait une vérités’en fait une vérité plusfait une vérité plus vraieune vérité plus vraie quevérité plus vraie que natureplus vraie que nature

Et non seulement la nature nous fait distinguer le droit de l'injustice, mais, d'une manière générale, les choses moralement belles de celles qui sont laides ; car une sorte d'intelligence partout répandue nous les fait connaître, et incline nos âmes à identifier les premières aux vertus, les secondes aux vices. Or croire que ces distinctions sont de pure convention et non fondées en nature, c'est de la folie.C’est parce que l’homme a cru, durant de longs espaces de temps, aux idées et aux noms des choses comme à des æternæ veritates, qu’il s’est donné cet orgueil avec lequel il s’élevait au-dessus de la bête : il pensait réellement avoir dans le langage la connaissance du monde. Le créateur de mots n’était pas assez modeste pour croire qu’il ne faisait que donner aux choses des désignations, il se figurait au contraire exprimer par les mois la science la plus élevée des choses ; en fait, le langage est le premier degré de l’effort vers la science. C’est la foi dans la vérité trouvée dont, ici encore, ont dérivé les sources de force les plus puissantes.La vraie, la sincère amitié présuppose que l’un prend une part énergique, purement objective et tout à fait désintéressée au bonheur et au malheur de l’autre, et cette participation suppose à son tour une véritable identification de l’ami avec son ami. L’égoïsme de la nature humaine est tellement opposé à ce sentiment que l’amitié vraie fait partie de ces choses dont on ignore, comme du grand serpent de mer, si elles appartiennent à la fable ou si elles existent en quelque lieu.Relisez Marc Aurèle, et demandez-vous à chaque instant comment sont les choses, quelle est en fait leur vraie nature ?Dans toute la nature, il n'est point de force sans vérité, ni de vérité sans force.Un coeur honnête, une âme blanche, animée de forces saines, réconciliant sa nature particulière et la nature universelle trouvera naturellement la vérité. Il la trouvera dans la nature parce qu'il la sent en lui-même. La vérité du coeur est la vérité du Monde.